21 mai 2010

café à l'italienne

Les personnes qui comme moi ont autant d'intérêt pour la politique que pour un match de foot, revendique rarement, manifeste épisodiquement, et n'ont presque jamais de crise de conscience, puisque de toute manière on va tous crever.

Pourtant quelque chose me turlupinait depuis un temps certain. Pour tout te dire depuis que j'ai laché (enfin que j'ai utilisé la cb de l'autorité maternelle, et ce sur son ordre) 244 euros à la boutique Nespresso.
J'ai beau être capitaliste, j'ai quand même eu mal, surtout devant le sourire de vélociraptor du vendeur qui n'a rien trouvé de mieux à dire que "oh ! vous en avez pour un moment !". Ce qui en plus d'être une remarque inutile s'avère également être un gros mensonge.

Le lendemain à 6h21, j'hésitais longuement à enfourner la capsule dans le bidule. Cette première brève hésitation condamna l'utilisation de la Bête pour le sacro-saint café matinal.

Depuis j'ai tenté le thé et non le diable, en tentant de feinter mon addiction à la caféine par un substitut à la théine et au guarana. Loin d'avoir le même effet énergisant que le café, cette mixture pseudo bio-bien-pour-mon-corp-bien-pour-ma-tête, a juste agit comme l'équivalent de 4 litres de bière sur ma vessie, ce qui tu en conviendras n'est pas pratique quand tu es sur ton lieu de travail et que tu n'es pas dame-pipi.

Pour conclure ce message particulièrement long et indigeste, je dois te dire que j'ai investi dans une cafetière italienne, et dans un paquet de café marque repère.

...

Mon rosa baya me manque

Posté par mifiguemiraisin à 09:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur café à l'italienne

Nouveau commentaire